Mon accouchement : entre angoisse, impatiente et bonheur !

Publié le par Maviedemaman21

Mon accouchement : entre angoisse, impatiente et bonheur !

"L'accouchement est le seul rendez-vous à l'aveugle où l'on est sûre de rencontrer l'amour de notre vie"

Chaque grossesse, chaque accouchement est différent. Aujourd'hui j'ai envie de vous raconter le mien, peut être une façon pour moi de le revivre à travers ces quelques lignes. C'est fou quand même, donner la vie doit être la chose la plus douloureuse au monde mais en même temps la plus belle ! Je pense qu'on est nombreuses à être prêtes à tout donner pour revivre ce (ces) jour(s) !

Samedi 5 décembre 2015 :

En me réveillant ce matin là, je pose mes mains sur mon ventre comme à mon habitude pour dire bonjour à bébé. Mais pas de réponse... peut être qu'il dort encore...pourtant d'habitude c'est lui qui me réveille...

Je fais couler mon café et en attendant qu'il soit prêt, je vais au petit coin, et là je vois du sang dans ma culotte !!! Bébé qui ne bouge pas + du sang, je m’effondre en pleurs, pensant au pire ! Je me couche sur le canapé (c'est dans cette position qu'il bouge le plus d'habitude), et essaye de le sentir bouger, mais rien...

J'appelle alors ma meilleure amie en pleurs (comme par hasard, papa qui ne travaille jamais le samedi, travaillait ce jour là !) lui disant de m'emmener tout de suite aux urgence de la maternité.

L'idée d'avoir perdu bébé ne me quitte plus, j'appréhende déjà le moment où la sage femme me branchera le monito...

Je n'avais pas prévenu papa pour ne pas l'angoisser, mais (hasard ou non), il m'a appelé juste avant que j'arrive à l'hôpital pour me dire qu'il n'avait plus de batterie sur son portable et que s'il arrivait quelque chose, je devais appeler le numéro de son collègue. "Euh oui... tu tombes bien;..j'arrive aux urgences là..."

Arrivée aux urgences, je suis rapidement prise en charge. Et le moment tant redouté arrive, on me branche un monito, et là.... quel soulagement d'entendre son cœur battre, j'en ai les larmes aux yeux de l'écrire encore aujourd'hui. Ouf mon bébé est encore vivant ! La sage femme voit que bébé bouge avec la sonde du monito mais moi je ne le sens toujours pas.

Je préviens papa que tout va bien !

Je reste branché une petite demie-heure au monito, tout va bien. Mon col est un petit peu ouvert mais à 40+1sa, c'est normal.Je dois encore passer une échographie pour être sur et je pourrais rentrer chez moi (pensais-je bêtement).

A l'échographie, bébé va bien mais je n'ai plus assez de liquide amniotique, voilà pourquoi je ne le sentais plus bouger. L'interne me dit tout simplement "on va vous garder pour vous déclencher". Euuuhhh de quoi ??? Pardon ???? j'ai mal compris ??? Je ne pensais vraiment pas en me rendant aux urgences ce matin là, que je ne ressortirais pas avant que mon bébé soit né ! Je crois qu'à ce moment là, mes sentiments sont partagés entre l'angoisse du déclenchement et de l'accouchement et le bonheur de pouvoir enfin bientôt le rencontrer.

Elle m'explique le protocole, m'informant que ça pouvait durer entre 24 et 48h (snif moi qui pensait que dans la journée bébé serait là).

Je rappelle papa pour lui dire que je vais être déclenché mais qu'il a le temps de venir, qu'il me rejoindra après son travail. Ma meilleure amie est restée avec moi, elle ne s'attendait pas non plus à passer sa journée à l'hôpital quand je l'ai appelé le matin.

On m'emmène en salle d'accouchement pour me poser un tampon et surveiller la réaction du col. Pendant deux heures, j'entendais les autres mamans qui hurlaient (elles ne doivent pas avoir de péridurale me disais-je !) et après les doux pleurs des nouveaux nés ! Franchement, pourquoi on a besoin de souffrir autant pour donner la vie ? Celui (oui c'est forcément un homme) qui en a décidé ainsi avait peur qu'on y prenne goût ? "c'est tellement beau de donner la vie, les femmes auront envie de le vivre tous les jours, il faut qu'elles en gardent un mauvais souvenir aussi, je vais faire en sorte que les contractions soient hyper douloureuses" (désolée je m'égare !). Je crois que l'accouchement est le jour de notre vie où on passe par le plus d'émotions aussi intenses les unes que les autres.

Mon col n'a pas bougé au bout des deux heures de surveillance, je suis donc montée dans une chambre. Papa arrive (enfin), il a ramené la valise de maternité. Maintenant il n'y a plus qu'à patienter pour que le travail se lance.

Dans la nuit j'ai perdu le tampon, ils ont décidé de ne pas m'en remettre un (je ne sais plus pour quelles raisons).

La nuit passe et toujours pas de signe de travail...

Dimanche 6 décembre 2015 :

Toujours rien...et tout le monde qui s'impatiente (oui je sais j'aurai mieux fait de ne rien dire !)

Dans l'après-midi, j'ai le droit à un décollement des membranes, je pense que ça a bien aider car dans la nuit les contractions ont changé...

Je passe vite sur cette journée, car à part attendre, il ne s'est au final pas passé grand chose !

Lundi 7 décembre 2015 :

Moi qui pensait accouché dans le week end, nous voilà lundi !

Comme je le disais dans la nuit de dimanche à lundi, les contractions ont changé. Je dis changé car depuis mes 4 mois de grossesse j'en avais régulièrement, j'ai même été hospitalisé pour une MAP (mais ça c'est une autre histoire). J'ai eu beaucoup de mal à prendre mon petit déjeuner !

Ensuite la sage femme vient m'examiner et là miracle : mon col est avancé et ouvert ! Ils me descendent à 9h dans la salle d'accouchement pour me mettre une perfusion d'ocytocine. Je préviens papa, je lui dis qu'il a le temps de venir, qu'il peut partir travailler pour la matinée et me rejoindre le midi.

A 10h, mon col est ouvert à 3, ça avance plutôt vite. Papa m'appelle pour me dire qu'il a embouti la voiture devant l'hôpital (il allait chercher son collègue juste à côté) ! Finalement je lui dis de ne pas aller travailler (et j'ai bien fait !) Il me rejoint alors en salle d'accouchement. On réalise que ça y est, on va bientôt rencontré notre bébé ! Mais un accouchement c'est long, ça ne sera pas avant ce soir !

A 11h, mon col est ouvert à 6 ! Les contractions sont vraiment douloureuses et tellement puissantes qu'elle poussent en même temps ! Il serait grand temps qu'on me pose la péridurale !

L'attente de l'anesthésiste me paraît interminable et l'installation en position assise quasiment impossible ! Je fins quand même par y arriver et l'anesthésiste aussi. J'ai eu beaucoup de mal à gérer les contractions pendant qu'il la posait, et ça n'a vraiment pas été agréable. Je me disais "encore quelques minutes de souffrance, tout ira beaucoup mieux après !" .

Ça y est la péridurale est posée ! Les contractions sont de moins en moins douloureuses, jusqu'à ne plus rien sentir sauf... dans la fesse gauche ! C'est vraiment magique la péridurale !

La sage femme m'installe sur le côté pour que bébé descende bien dans le bassin. Je ne peux pas voir le monito qui est de l'autre côté mais je sens bien que quelque chose cloche car elle revient toutes les 5 min regarder si la sonde est bien mise. Je suis sur que c'est son cœur qui ralentit à cause des contractions...

A 12h, je suis ouvert à 9 ! Et je vois arriver une horde de médecins ! En général c'est pas bon signe...j'ai peur de devoir partir en césarienne pour sortir bébé en urgence. Ils m'expliquent qu'ils vont prélever une goutte de sang sur sa tête pour voir si son cœur ne souffre pas. Le prélèvement révèle que malheureusement il est en souffrance. Cette fois c'est bon, je pense partir en césarienne. J'étais déjà en position pour accoucher, alors ils m'ont dit que j'allais commencé à pousser ! Quoi ? Déjà ?! Je suis même pas sur qu'il était totalement engagé ! J'ai commencé à pousser vers 13h, de toutes mes forces, avec toujours cette angoisse de partir en césarienne si je n'arrivais pas à le sortir assez vite. Papa m'aidait en me tenant la nuque (heureusement qu'il est venu me rejoindre assez vite au final !). Au bout de quelques poussées, ils m'ont aidé avec la ventouse. Et à 13h11, le voilà parmi nous ! Papa n'a pas pu couper le cordon, on en a déduit qu'il devait l'avoir autour du cou, d'où la souffrance cardiaque à chaque contraction. Ils me le pose sur le ventre, et là, les émotions me submergent, les larmes de joie commencent à couler dans nos yeux à tous les deux. Ça y est, nous voilà parents ! Tout c'est bien passé ! Je vais pouvoir l'avoir en peau à peau comme j'en rêvais et pouvoir lui faire la tétée de bienvenue !

Détail un peu "glauque" , mais je n'ai eu que quelques points sur le périnée malgré la ventouse, je pense que le massage que je faisais depuis les 37sa a été bénéfique, futures mamans je vous le conseille !

La sage femme lui donne les 1ers soins, ma petite crevette pèse 2.720kg (on saura un peu plus tard qu'il mesurait 46cm), et tout va bien pour lui. Ils partent lui faire une prise de sang pour tester son groupe sanguin car je suis rhésus négatif et papa rhésus positif et me le ramène ensuite dans son berceau. Je n'ai pas cessé de l'admirer, essayant de réaliser ce qu'il venait de se passer. Papa lui était sorti appeler la famille et les amis. Ce n'est que quelques semaines après l'accouchement, en repensant à ce moment que je me suis demandée pourquoi je ne l'avais pas pris sur moi plutôt que de le regarder dans son berceau. Je n'ai pas osé, sans doute la peur de ne pas savoir comment faire, il était tellement petit et semblait si fragile !

Au bout de quelques heures, je remonte enfin dans ma chambre.

Notre petite vie à 3 pouvait commencer !

(je voulais vous mettre une photo mais non ma tête fait trop peur !)

Et vous comment s'est passé votre accouchement ?

Publié dans Tranche de vie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article