J'aimerais accoucher sans péridurale ! (+ projet de naissance)

Publié le par Maviedemamannatur'elle'ment

accouchement sans péridurale

 

POURQUOI JE VEUX ACCOUCHER SANS PÉRIDURALE ?

Pour mon 2ème accouchement je ne veux pas de péridurale !

Cette décision s’est faite petit à petit en parlant avec d’autres mamans,  et a été une révélation après la lecture du livre de Maïte Trelaun « j’accouche bientôt, que faire de la douleur ? ». Je trouve que le titre n’est pas très accrocheur mais c’est une vraie mine d’or qui m’a fait prendre conscience des pratiques d’accouchements d’aujourd’hui et qui surtout m’a donné beaucoup de clés pour comprendre comment se passe un accouchement physiologique et les pratiques à privilégier pour que cela se passe le mieux possible. Grâce à ce livre j’ai pu commencer la rédaction de mon projet de naissance. Il m’a également permis de me rendre compte de tous les bénéfices de l’accouchement sans péridurale et également de lire l’expérience d’autres parents qui ont vécu ce moment.

 

 Aujourd’hui l’accouchement est surmédicalisé. On doit être dans les normes, tout est chronométré, paramétré. Le col doit se dilaté au minimum d’un cm toutes les heures, si ça ne va pas assez vite on accélère avec des traitements. L’expulsion doit se faire en 30 min, si ça dure trop longtemps on instrumentalise ou on césarise. La délivrance doit se faire en 30 min, passé ce délai on intervient…. Aujourd’hui la femme se fait accoucher, elle n’est plus actrice de son accouchement et le bébé subit également. Pour ce 2ème accouchement je n’ai pas envie d'être à nouveau coucher sur le dos, sans pouvoir bouger à cause d’une péridurale, à attendre passivement que la dilatation se fasse. Je n’ai pas envie de me retrouver en position gynécologique à pousser quand la sage-femme me le dira, même si ce n’est pas le moment, car elle l’a décidé. Je veux être actrice de mon accouchement, de la venue au monde de mon bébé. Je veux garder ce lien avec lui, lui permettre de descendre activement et de choisir le moment où il sera prêt à découvrir le monde. Je veux pouvoir bouger, choisir les positions qui sauront soulager ma douleur. Je veux ne faire qu’une avec cette douleur, l’accepter, l’accompagner, lâcher prise et permettre une dilation du col et une descente du bébé en toute physiologie et naturellement. Outre le fait d’empêcher la maman de bouger et d’être complètement assistée, la péridurale peut diminuer voir stopper les contractions. Il faut alors injecté de l’ocytocine pour avoir de nouvelles contractions. Les contractions sont alors beaucoup plus fortes que des contractions naturelles, ce qui peut faire souffrir le bébé. Si le bébé est en souffrance, il faut qu’il sorte, soit par les voies naturelles, rapidement, avec beaucoup de pression pour la mère et sans être préparé pour le bébé, souvent avec des instruments aussi ce qui augmente le risque de déchirure, soit par césarienne ce qui peut être tout aussi traumatisant. La souffrance de mon bébé à cause de l’ocytocine je l’ai vécu pour mon 1er accouchement (je vous en parlais ici), avec une sortie accélérée que j’ai très mal vécu et beaucoup de stress de voir une foule de personnes arriver dans la salle. Quant à la césarienne c’est une mes plus grandes peur ! Je ne sais pas vraiment l’expliquer,  je ne sais pas si c’est l’acte en lui-même, de me faire ouvrir le ventre, ou si c’est l’extraction du bébé sans qu’il s’y attende, ou alors le fait de ne pas vivre l’accouchement, d’avoir l’impression de ne rien faire (encore moins que sous péridurale) ou encore l’absence du père ou l’impossibilité de rester avec mon bébé dans les heures qui suivent… Ce doit être un mélange de tout cela !

 

Alors oui accoucher sans péridurale ça fait mal, et certaines diront qu'on a la chance de ne plus avoir à souffrir pour donner la vie, mais dans quelles conditions ? Il y a une différence entre la souffrance et la douleur, et un accouchement physiologique sans péridurale ne doit pas être une souffrance, il doit rester dans le domaine de la douleur. Le corps de la femme et son accouchement sont à l'image de ce qu'elle est capable d'endurer. Si ce n'est pas le cas c'est que la physiologie n'a pas été respecté.

 

 

MON PROJET DE NAISSANCE

Je voulais également partager avec vous mes premières réflexions quant au projet de naissance que j'ai choisi :

 

- la place du père :

  • en accord avec lui, j'aimerais qu'il soit présent durant le travail et l'accouchement.
  • Si je devais avoir une péridurale, j'accepte qu'il sorte de la salle.
  • Si je devais avoir une césarienne, nous aimerions qu'il soit en peau à peau avec le bébé durant le temps de mon absence.

 

- le travail :

  • j'aimerais accoucher sans péridurale et être soutenue dans ce choix. Je ne veux pas qu'elle me soit proposée sauf si le bébé ou moi-même étions en danger.
  • j'aimerais pouvoir utiliser l'eau quand j'en ressentirais le besoin
  • Je ne veux pas subir de toucher systématique
  • Je veux pouvoir bouger comme je le souhaite et ne pas être branché au monitoring en continue
  • Je ne veux pas que ma poche des eaux soit percée

- l'accouchement

  • j'aimerais pouvoir choisir la position qui me convient le mieux.
  • J'aimerais que la lumière soit tamisée
  • Je veux pouvoir attendre d'avoir envie de pousser pour expulser mon bébé, que cette envie soit pris en compte et qu'elle en soit pas coupée

- la délivrance

  • j'aimerais que la délivrance ne soit pas provoquée mais attendre qu'elle se fasse naturellement tant que je ne suis pas en danger.

- l'accueil du bébé

  • Je veux garder mon bébé en peau à peau immédiatement après sa sortie, sans qu'il subissent de soin ou quoique ce soit d'autres durant l'heure qui suit.
  • J'aimerais que le cordon ne soit pas couper dès la sortie de mon bébé mais attendre qu'il ne batte plus. Le papa aimerait alors le couper si possible.
  • Je ne veux pas qu'il reçoive de médicaments ou autre avant qu'il ait reçu sa première tétée et sans notre accord.
  • Je veux qu'il puisse de lui même trouver le sein et qu'il y reste autant de temps que nécessaire.

- Suites de couches

  • j'aimerais pouvoir bénéficier d'une sortie anticipée
  • je veux être présente pour tous les actes qui pourront être pratiqués sur mon bébé et je veux que ceux-ci nous soient expliqués et qu'on y est consenti au préalable.

 

De manière générale et pour toutes les étapes de la venue au monde de mon bébé, nous voulons prendre part aux décisions nous concernant, que les différents choix nous soient expliquer et ne subir aucun acte sans que nous y ayons consenti auparavant.

 

 

PARCOURS SALLE NATURE

Dans mon CHU nous avons une "salle nature" conçue pour favoriser les accouchements physiologiques, plus intimes et moins médicalisée que les autres salles "classiques". Il y a une baignoire, des moyens de suspensions, une méridienne, un miroir, des ballons... qui sont mis à dispositions des parents. Pour pouvoir en bénéficier, comme la surveillance médicale sera moindre, il faut avoir une grossesse sans risques (pas d'HTA, bébé qui se présente bien, assez de liquide, pas de prématurité...). On a également 2 entretiens avec une sage femme où on parle de ce que l'on aimerait, de ce qui est possible, des avantages et des inconvénients... Il y a un rdv durant le 4 ème mois et un autre le dernier mois. J'ai eu mon 1er rdv hier et je reste un peu dubitative. Elle m'a indiquée par exemple qu'ils ne laissaient pas le cordon car selon les pédiatres du CHU cela n'avait aucune utilité et que ça augmentait même le risque d'ictère... Elle m'a indiqué qu'on avait quand même un cathéter dans le bras pour pouvoir avoir de l'ocytocine lors de l'expulsion et de la délivrance (pas très physiologique...). J'ai eu un peu l'impression qu'ils encourageaient l'accouchement physiologique mais pas à 100%...C'est peut être la sage femme que j'ai eu qui m'a donné cette impression ou parce que j'ai déjà compris qu'il y aurait des points dans mon projet de naissance qui ne pourraient pas être respectés.

 

 

POURQUOI PAS UN ACCOUCHEMENT A DOMICILE

c'est vrai que pour un avoir un "vrai" accouchement physiologique j'aurai pu vouloir accoucher chez moi mais je ne me sens pas à l'aise avec cette idée. Même si l'AAD est possible qu'avec une grossesse sans risques et entourée d'une sage femme (il n'y en d'ailleurs pas près de chez moi qui pratique l'AAD) je ne me sentirais pas assez en sécurité ni à l'aise d'accoucher chez moi. Je n'arrive pas non plus imaginer le lieu où cela pourrait se passer, je ne me projette pas du tout dans ce projet. Je ne sais pas non plus comment cela pourrait se passer pour mon fils. Je n'ai pas envie qu'il me voit souffrir et je ne pense pas que je le "supporterais" prêt de moi pendant le travail. Il faudrait donc qu'il parte hors je ne sais pas où il irait. Quand je partirais accoucher c'est surement son grand père qui viendra le garder chez nous, je pense qu'il se sentira mieux d'être chez lui avec tous ses jouets, son lit... je n'ai pas envie qu'il soit en plus obliger de changer de maison. Si je devais accoucher à domicile c'est ce qui devrait se passer. J'aimerais aussi pouvoir profiter du temps qui me sera donné de rester seule avec mon bébé, pour faire connaissance calmement. Enfin je n'ai encore jamais accouchée sans péridurale, et même si je le souhaite plus que tout pour ce second accouchement, je ne sais pas si je serais capable de tenir jusqu'au bout. Si j'accouche à domicile, je n'aurais pas le choix de faire sans péridurale.

 

 

MA PRÉPARATION A LA NAISSANCE

Je pense qu'on ne se prépare pas à accoucher sans péridurale comme on se prépare pour un accouchement avec péridurale. Dans le second cas, la douleur ne va être que passagère et on pourra se reposer une fois la péridurale posée. Pour un accouchement sans péridurale il faut se préparer pour une durée plus longue, trouver un moyen de rentrer dans sa bulle, se relâcher au maximum et de profiter des moments de répit entre chaque contraction. J'ai choisi une préparation de groupe orientée sur la sophrologie : relaxation physique et mentale. Je pense que cette préparation peut être utile pour pouvoir se relaxer au maximum pendant et entre les contractions, mais également pour prendre conscience de notre corps et de ce qui s'y passe favorisant ainsi les positions qui aident à la descente du bébé. Parallèlement et sans rapport avec la grossesse, je vais (peut être) suivre des séances de respirations consciente. Ces ateliers sont proposés par le CHU où je travaille. Ce sont des séances collectives. L'atelier propose d'utiliser l'esprit guidé par la respiration et l'attention à l'instant qui s'écoule. Le but est une découverte de soi, simple et originale, par utilisation de la respiration comme "outil" et la mise en place d'une nouvelle attitude plus en accord avec qui nous sommes. Je pense que cela peut être très complémentaire avec la sophrologie et très bénéfique pour le jour de l'accouchement (entre autre).

 

N'hésitez pas à me raconter vos accouchements physiologiques, me donner d'autres pistes pour mon projet de naissance... tout conseil est bon à prendre !

 

Retrouvez moi également sur Facebook ICI et sur

Instagram maviedemaman_naturellement

Publié dans Grossesse-accouchement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Charly 17/01/2018 16:26

Bonjour,
Je suis plus ou moins ton blog, car tu as des recettes aux lait maternelle qui m'intéresse, je te laisserai des commentaires quand je me serais lancée.
J'ai accouché il y a 6 mois, d'un petit bout, en maison de naissance donc sans péridurale.
C'était merveilleux, la douleur. . . je dirais qu'on l'oubli en. . . environ 2h.

J'ai lu le livre de Maitie Trelaun, qui explique bien le déroulement hormonal de l'accouchement, mais malgré tout ca reste difficile.
En tout cas c'est un super projet que tu as, je te souhaite un moment magique.

Le plus important c'est de te concentrer sur toi même, et d'être bien entouré. Il faut que le papa soit à fond, car tu ne pas savoir à l'avance si la sf que tu auras te correspondra.
D'ailleurs, je pense qu'une Maison de Naissance est donc plus facile car on est avec la sf qu'on a choisi et qui reste avec nous durant tout le travail, ce qui est d'un soutient non négligeable.

En tout cas vraiment super, tu vas y arriver c'est certain.

Maviedemamannatur'elle'ment 17/01/2018 19:36

Merci pour ton témoignage ! Malheureusement on a pas de maison de naissance ici :(
Je découvre vraiment une autre façon de me concentrer sur moi même avec la respiration consciente et la sophrologie, je pense que ça m'aidera bien si j'arrive à le faire le jour de l'accouchement

Virginie 20/12/2017 22:33

Bonjour,
Comme toi je souhaiterai lors d'une éventuelle grossesse ne pas prendre la péridurale. Il y a 6 mois j'ai accouché de ma fille avec 3 semaines d'avance je n'avais pas visiter les salles de naissance car j'ai travailler jusqu'à la veille de son arrivée. Au départ je ne voulais pas la péridurale, à la maison, je supportais bien les contractions j'ai attendu quasi 3h avant de partir mais une fois arrivée à l'hopital, je me suis sentie mal à mon sens à cause du monitoring j'ai donc demandé la péridurale mais sans me remettre moi même de dose. Lors de l'accouchement, j'ai pu choisir ma position, ma façon de respirer pour mon plus grand plaisir et j'ai vu ma puce sortir grâce à un miroir franchement c'est top de voir l'évolution de l'avancée. Et lorsque ma fille est arrivée, je l'ai sortie moi même et gardais sur moi jusqu'à la 1ère tétée, le cordon n'a pas été coupé tout de suite (la sage femme était top sur tout ce qui était naturel, elle nous avait mis de la musique tamisé la lumière).
Après, il faut avoir la chance le jour de l'accouchement d'avoir une sage femme au top.

Maviedemamannatur'elle'ment 21/12/2017 10:02

oh super ! Oui c'est sur que la sage femme qui est là joue beaucoup !

Amandine 19/12/2017 22:14

J'ai accouché par césarienne mon compagnon était là j'étais consciente et présente lors de mon accouchement et même si ma fille et moi avons été séparées 12h (pré éclampsie + hellp syndrome) on n'a pu passé 2h tous les 3 après sa naissance et elle a même tété...

Lilie 19/12/2017 20:47

Bonjour, je me permet de te répondre car j'ai moi même accouché il y a treize mois de mon premier enfant sans péridurale.
C'était un choix clair, pour les mêmes raisons que toi. J'étais effrayée par les récits de mes amies et leurs accouchements hultra médicalisés,des effets secondaires de la péridurale et de tous les actes qui en découlent. Et c'est la meilleure décision de ma vie, j'ai vécu un accouchement magnifique, très dur car plus de 24h de contractions très forteset un vol qui s'ouvrait pas mais aussi tellement magique, avec au final aucun acte médical, j'ai fait tout mon travail dans la baignoire de la salle nature et l'eau aide énormément à gérer les contractions.Pas la moindre piqûre et un bébé en pleine forme qui pleurait alors qu'elle avait encore les pieds dedans!
Ça en vaut tellement le coup, mais c'est la chose la plus dure que j'ai faites de ma vie et il faut bien s'y préparer pour ne pas craquer. J'ai fait de l'aptonomie avec une sage femme pro accouchement naturel qui m'a coatché, j'ai beaucoup lu, un peu de sophrologie, il faut arriver au stade où on se sent super solide, prête, bien préparée et où on a davantage peur de la péridurale que des douleurs. Car au fond tout ça est difficile...mais naturel! Alors que la péri, les sondes, les piqûres.. il faut aussi que le papa soit très impliqué dans la préparation car on peut pas vivre ça seule. En aptonomie on leur donne plein de chose concrète pour nous aider, aider bébé à descendre, mais c'est surtout le soutien psychique et le coatching, l'amour qu'ils doivent nous donner en continu et qui nous aide à tenir. Si on est bien prêt, que l'équipe médicale à bien lu le projet de naissance et nous suit à fond, ce qui a été mon cas, c'est s'offrir la chance de vivre un accouchement naturel, non parasité par des choses qui n'ont rien à faire là et une rencontre avec son enfant extraordinaire! Et une heure plus tard, on est debout et en pleine forme!
Après cette expérience, je suis encore plus conforté dans mon choix même si on en mesure mieux l'épreuve que c'est. Je te souhaite de réaliser ton projet, tu as raison c'est génial d'accoucher sans péri. Et ne nous sous estimons pas, on est forte les femmes!! Surtout ce jour là,nos forces sont décuplées et on est capables d'affronter ça, il fait t'en pesuader et que les gens autour de toi ce jour là te le répète. Deux petits conseils, ne pas paniquer, rester très concentrée, gérer chaque contraction l'une après l'autre, se reposer entre chacune et reprendre des forces, la musique aide à créer sa bulle pour rester connectée et concentrée sur son bébé. Et ne jamais perdre Espoir, même si la situation n'avance pas, toujours se faire confiance et y croire, tout peut basculer et se débloquer en quelques minutes. Moi j'ai fait 30h de travail avec un col qui arrivait péniblement à 3 cm mais des contractions dont on voyait pas haut du pic sur le monitoring, et j'ai perdu les eaux, je suis passé en 10mn à 9cm, j'ai poussé 3 fois elle était là ! Alors on y croit jusqu'au bout!!!

Maviedemamannatur'elle'ment 19/12/2017 21:27

Wouah merci pour ton témoignage et tous ces conseils !